AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Dim 28 Déc - 11:42

Je venais tout juste de passer ma carte étudiante afin d'entrer dans la bibliothèque. J'étais venue ici pour me ressourcer, et pour éviter cette foule bruyante d'étudiants. J'adorais la bibliothèque, c'était si calme, si silencieux, si apaisant pour mes oreilles. En passant les portes de ce sanctuaire, le brouhaha de la foule quitta mes tympans aussi vite qu'il ne soit rentré. Un pur bonheur pour des élèves qui, comme moi, sont en quête de paix et de silence.

Je m'étais installée sur une table de six, où se trouvait un jeune homme. Après avoir pris plus de 15 minutes pour trouver LE livre que je cherchais, j'entamais ma lecture. Le Journal d'Anne Franck c'était mon livre préféré, l'histoire était des plus passionnantes. Même si je l'avais lu à de maintes reprises, réitérer l'expérience ne me dérangeais pas.

J'étais déjà au chapitre n°4, j'étais tellement à fond que je n'avais pas remarqué ce groupe d'élèves bruyants qui étaient entrés dans la bibliothèque. Ils faisaient un désordre pas possible, jusqu'à ce que la bibliothécaire intervient et les fit taire. Le silence revenu, il était beaucoup plus facile pour moi de me replonger dans mon livre.

La bibliothèque se vidait de plus en plus au fil du temps, j'y ai sûrement passé une bonne heure. En réalité lorsque je m'y trouve, je n'ai plus la notion du temps, il n'y a que la sonnerie de l'école qui réussit à m'interrompre. Si ça ne tenait qu'à moi je passerais tout mon temps ici, je n'ai jamais été réellement adepte de la foule et du bruit. Peut-être parce que chez mes parents j'étais toujours seule et tranquille dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Mar 30 Déc - 23:57


   Aujourd'hui avait été un grand jour ! Le premier de notre jolie bulgare à l'Université. Elle avait réussi un bon nombre d'exploit, y compris :
- Se lever à l'heure
- Manger sans se mettre en retard
- Partir à l'heure
- Arriver à l'heure
Et encore bien d'autres choses qu'elle n'était pas toujours capable de faire. Mais ce matin-là elle avait voulus faire les choses correctement. Elle avait réussi à trouver son amphithéâtre et avait suivis son cours sans problème. C'était un soulagement. Elle avait intégrée l'université avec du retard pour certaines raisons familiales et avait eu très peur de couler dès les premiers jours. Elle était fière de voir que son boulot personnel payait pour de bon. Enfin bon, à peine sorti de son premier cours elle soupirait en pensant aux heures qu'elle allait devoir consacrer à ses révisions. Elle chercha dans son sac à main le papier sur lequel elle avait imprimé son emploi du temps. Ô joie, elle avait maintenant son temps déjeuner suivis d'une longue pause et ne reprenais qu'à 15h. Devoir vivre en anglais la fatiguait, mais au moins Sofia et Oslo étaient à la même heure. Pas de décalage horaire à subir !

   Elle s'était préparée un pique nic traditionnelle bulgare, espérant ainsi limiter le choc culturel. Elle trouva un banc ensoleillé pour le manger tranquillement. Il fallait vraiment qu'elle prenne des cours de cuisine si elle ne voulait pas finir affamée... Elle soupira longuement. Et oui ma grande, il faut apprendre à vivre seule à présent. Elle finit d'avaler son repas avec une certaine nostalgie qu'elle ne tenta même pas de dissimuler. Il fallait maintenant se changer les idées. Pas question de déprimer toute la journée ! Alors direction la bibliothèque. Rien de mieux qu'un bon livre pour se remonter le moral.

   Elle tourna en rond dans les couloirs jusqu'à finalement trouver la porte vers la salle. Elle était grande et silencieuse. Incroyable. Liliya n'avait pas fait attention au bruit, mais maintenant qu'il disparaissait, la différence était plus que frappante ! Elle soupira de soulagement. Elle rentra après avoir passé sa carte étudiante (et surtout après avoir compris qu'il fallait passer sa carte étudiante !) et prit le temps d'observer autour d'elle. Il y avait des tables, occupées par les quelques élèves qui venaient passer leur temps de pause ici. Elle se fit violemment bousculer par quelques jeunes hommes riant à gorge déployé. Elle serra les poings et se retenu de leur exiger des excuses pour ne pas se faire remarquer. En colère, elle se rua en direction du rayon poésie et attrapa le premier recueil de Byron qu'elle trouva. En revenant dans l'allée principale, elle eut un sourire satisfait en observant les garçons se faire mettre à la porte par la bibliothécaire, mécontente de leur comportement. Bien fait. Elle choisit finalement de s'installer sur une table, près d'une fenêtre. Elle y resta un moment et ce n'est que lorsque la sonnerie retentit qu'elle leva la tête de son livre. Mince... Quelle heure il est là ?! QUOI ?? DEJA ??? Elle fouilla aussi vite qu'elle pouvait dans son sac pour sortir son emplois du temps. Le nom de l'amphithéâtre ne lui disait rien et la panique la gagna. Elle sorti en courant de la bibliothèque, fit trois fois le tour de l'étage sans trouver la bonne porte, puis remarqua qu'elle avait laissé son sac près de sa chaise. Elle fit demi-tour, tourna en rond jusqu'à trouver la bibliothèque et rattrapa son sac. Bon. Elle tacha de se calmer, peine perdue.

   Elle leva les yeux et observa une nouvelle fois autour d'elle à la recherche d'une solution. Son regard se posa sur une jeune fille aux cheveux violet. Elle avait l'air sympa. De toute façon, aux yeux de Liliya, tout le monde était sympa (et vive les bisnounours). Elle s'approcha d'elle timidement, esperant ne pas la prendre par surprise.

   < S'il vous plaît ? >

   Elle avait parlé d'une fois à peine audible et préféra re-tenter sa chance pour être sûr de se faire remarquer.

   < Pardon, je cherche le cour de Droit des contrats, tu pourrais me dire où il se déroule s'il te plaît ? Désolé de te déranger >

   C'était du Liliya toute crachée ! J'air peur de déranger alors je deviens hypra polie blablabla. Et en plus elle avait accompagnée le tout d'un sourire gêné et d'un regard désolé. Un chien abandonné sous la pluie est moins pitoyable que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Mer 31 Déc - 9:16

Quel plaisir de passer autant de temps dans silence le plus complet, au calme. J'adorais ce genre de moment, où je pouvais apprécier mon bouquin sans être dérangé par un quelconque brouhaha, comme j'ai du subir lors de mon arrivée à l'INESO. Les gens ici étaient vraiment spéciaux, on voyait bel et bien que tout le monde ne se côtoyait pas vraiment. Je n'étais pas réellement habituée à cela. Tout en lisant mon livre je pensais à cette nouvelle vie, à ce changement d'ambiance. La vie à Londres et celle à Oslo n'était pas du tout la même. La mentalité des gens était bien différente, les gens d'Oslo avait une façon de penser unique.

Quoi qu'il en soit moi je n'ai jamais été comme cela. Je n'ai jamais choisi mes amis selon leurs revenus et ceux de leurs parents. Comment était-il possible de procéder ainsi dans le choix de son entourage ? Comment les gens pouvaient-ils se rabaisser à faire cela ? J'ai beau être une élève non-boursière je ne choisis pas, pour autant, mes amis car ils le sont comme moi. Quelle stupide façon de procéder. Rien que d'y penser j'ai senti la colère monter en moi. Quand soudain ...

< Pardon, je cherche le cour de Droit des contrats, tu pourrais me dire où il se déroule s'il te plaît ? Désolé de te déranger >

Ces paroles avaient fait descendre le rouge qui était monté jusqu'à mes joues. Alors que j'étais perdue dans mes pensées, cette douce voix me réveilla. Je leva le regard vers mon interlocutrice, car oui j'avais deviné que c'était une fille. Face à moi se trouvait une belle brune aux cheveux courts et aux yeux bleus. Je voyais dans son regard qu'elle était quelque perdue. En réalité je l'avais entrevue lors de son entrée dans le bibliothèque. Difficile de ne pas le faire, elle était entrée en même temps que la bande bruyante qui s'est faite virée par la bibliothécaire. Je l'avais vu sortir mais pas revenir, j'étais même quelque peu étonnée de la revoir aussi rapidement, et surtout aussi proche de moi. J'étais tellement concentrée à la regarder que j'avais presque oublié de lui répondre, j'avais laissé un petit moment de silence.

" Oh désolé, j'avais un peu la tête ailleurs ! "

Il est vrai qu'il était dur pour moi de détacher mon regard de la jolie brune. J'avais bien compris qu'elle n'était pas d'Oslo, disons qu'elle ne ressemblait pas aux gens d'ici. Et maintenant que j'y pensais, je constatais qu'il y avait à Oslo un grand nombre d'étrangers. Des gens d'un peu partout, de pays voisins, comme de pays lointains. Cela ne faisait que confirmer la réputation de l'INESO et sa nouvelle réforme d'ouverture à tous. L'INESO attirait bien des personnes, et son effectif ne faisait que croître au fil du temps.

" Le cour de Droit des contrats ? Désolée, mais je n'en ai aucune idée. En fait moi je suis en Informatique. "

Je me sentais mal de ne pas pouvoir lui apporter les informations nécessaires. En même temps, étudiant l'Informatique, il aurait été dur pour moi de lui indiquer où se déroulait les cours de Droit. Je n'étais là depuis pas si longtemps que ça. Mais maintenant que j'y pensais ...

" Sais-tu où se déroule ce cours ? Enfin je veux dire le numéro de salle ? Si oui je peux sûrement t'aider !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Ven 2 Jan - 15:37


   La jeune fille aux cheveux violet était, comme Liliya l'avait devinée, une personne gentille et douce. Voila qui la rassurait déjà pas mal ! Se faire une alliée dès le départ était une bonne stratégie, mais Liliya ne pensait pas comme ça. Elle ne calculait pas à l'avance ses prochains tours de jeux. Et encore heureux. Elle avait toujours éprouvé du dégoût pour les manipulateurs et les stratèges.

< Le cour de Droit des contrats ? Désolée, mais je n'en ai aucune idée. En fait moi je suis en Informatique. >

Bon, par contre, effectivement, elle aurait pu réfléchir au fait que les autres élèves n'étaient pas tous en droit et donc ne connaissent pas par coeur les horaires et les salles. Logique. Pourtant Liliya avait demandé "le cour du droit des contrats" et non pas "l'amphithéâtre Bidule". Elle avait encore oublié le nom de sa salle ! Lorsque la jeune demoiselle lui demanda, elle rougit et fourra la main dans son sac. Sa main butta contre sa montre, qu'elle sortit afin de la remettre plus tard à son poignet. Elle replongea ensuite pour chercher le bout de papier qui commençait à se chiffoner à force d'être manipuler. Mais ses yeux tombèrent en premier sur le cadran de sa montre.... 14h13... Elle n'avait pas droit des contrats... Elle s'était trompée d'une heure... Son visage prit une teinte coquelicot.

< Je heu... Je crois que je me suis trompée d'une heure.... Je suis sincèrement désolé de vous avoir dérangé.... Je.... >

Elle avait peur de passer encore pour une pauvre fille. Elle ne pouvait jamais renvoyer une image d'elle forte, pleine d'assurance. Elle laissa échapper un long soupire. Allait-on se moquer d'elle à présent ?

< Je suis nulle aujourd'hui. Encore désolé >

Elle se sentait surtout totalement décontenancée. Devait-elle partir ou bien rester pour discuter ? Elle aurait préférée la deuxième option mais ne voulait pas imposer sa présence à cette inconnue. Après tout, elle était occupée et avait certainement d'autres choses à faire que de faire amie-amie avec une pauvre Bulgare égarée ! Contrairement à toi, ma vieille, beaucoup ne sont pas en manque d'amis ici. Elle leva les yeux vers l'autre élève, espérant trouver la réponse dans son regard émeraude. En tout cas, elle avait l'air gentil et amical. Elle lui avait répondu poliment et avait eu l'air sincèrement désolée de ne pas pouvoir aider Liliya. Ca l'avait d'ailleurs touchée et lui avait donné une bonne première impression des autres élèves de cette école.

Liliya commença à remuer comme un jeune enfant fautif. Elle savait qu'elle devait laisser la jeune fille retourner à son livre, mais n'en avait aucune envie. Alors elle se contentait de rester là, rouge comme une pomme puisque gênée. Elle fixait ses pieds, se mordant la lèvre. Il fallait qu'elle dise un truc là ! Mais quoi ? Elle n'en avait aucune idée. Alors elle se contenta de rester planter là, muette comme une carpe, passant pour une attardée. Encore félicitations Liliya. Tu ressembles officiellement à une enfant perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Sam 3 Jan - 11:34

Je n'avais jamais vu une personne aussi gênée, face à moi, de toute ma vie. Je commençais à me remettre en question, avais-je un air moqueur ou un air hautain. Cela étant dit, en y réfléchissant, je comprenais sa réaction. Il n'est pas facile, pour personne, de débarquer dans une nouvelle école, sans repère, ni amie, ni rien. On espère être à la hauteur et se débrouiller seul, mais dès qu'un obstacle surgit on se sent quelque peu perdu. On se rabat donc à questionner les gens, et s'inquiètent de leur réaction. Alors que certains peuvent être gentils, compréhensifs et attentifs, d'autres sont hautains, moqueurs, superficiels. On a toujours peur de l'inconnu, peur de s'attirer les foudres dès notre premier jour d'école. Se faire des ennemis, sauf si l'on souhaite, n'est pas réellement l'objectif premier de tous.

Alors que j'étais perdue dans mes pensées, mon regard se leva en direction de la jeune brune, qui était en train de fouiller dans son sac. Elle en sortit un petit bout de papier froissé qu'elle prenait le temps de lire soigneusement. Son regard se posa sur moi et je vis ses joues virées au rose. Elle semblait de plus en plus gênée, et j'avoue que sur le coup j'avais du mal à comprendre.

< Je heu... Je crois que je me suis trompée d'une heure.... Je suis sincèrement désolé de vous avoir dérangé.... Je.... Je suis nulle aujourd'hui. Encore désolé !>

Vous ? Je rigolais tout doucement, non pas parce que je moquais d'elle, mais parce qu'elle ne me dérangeait pas. D'ailleurs je n'étais pas habituée à ce que l'on me vouvoie. C'était, en fait, tout le contraire. Je comprenais parfaitement sa situation, elle m'était déjà arrivée. Plus je la regardais, plus je me disais qu'elle n'était pas d'ici, enfin pas d'Oslo. Elle ne ressemblait pas aux gens que l'on pouvait croiser en centre-ville.

" Ne t'en fais pas ! Tu ne me déranges pas du tout, et tu peux me tutoyer."

Je me sentais tellement gênée pour elle, elle qui semblait si perdue, si seule. Elle s'était sûrement réfugiée ici, comme moi, pour apprécier ce silence, cet air apaisant que nous offrait ce sanctuaire.

" Ah au fait ! Je m'appelle Lacey Kingsle, et je me disais, vu que tu n'as cours que dans une heure, si ça te dit tu peux t'asseoir ici, et nous irons ensuite chercher ta salle toutes les deux .. Enfin si ça te dit ?"

J'attendais sa réponse avec impatience, disons qu'un peu de compagnie ne me ferait pas de mal. Surtout que ça faisait un moment que j'étais ici, seule, en train de lire. Et puis, j'aime bien faire de nouvelles rencontres et apprendre à connaître les gens. Ça aurait été l'occasion pour moi d'en apprendre un peu plus sur la jolie brune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Sam 3 Jan - 16:10


   A la grande surprise de Liliya, l'autre ne se semblait pas la juger. Il ne se moqua pas, ses yeux ne prirent pas une teinte de moquerie et elle ne se détourna pas d'elle. Au contraire, plus la bulgare semblait gênée et désolée, plus la jeune élève semblait compatissante et attentive. C'était innatendu mais particulièrement agréable pour la nouvelle qui prit le temps de soufler de soulagement. Son petit rire était même carrément amical et Liliya l'en remercia en silence. L'atmosphère devenait bien plus détendu et ce n'était pas grâce à elle. Elle leva la tête en direction de son interlocutrice et lui fit un très joli sourire. C'était sa façon à elle de lui dire un grand merci pour son aide et sa patience. C'est vrai quoi ! N'importe qui aurait pu lui dire "tu me fais perdre mon temps petite idiote ! Dégages tout de suite et ne viens plus traîner dans mes pâtes". Liliya l'aurait mal prit mais l'aurait très certainement mérité. Enfin, c'est ce qu'elle pensait. Peut être que cette fille était en train de travailler et la Bulgare n'avait fait que venir l'interrompre sans motif valable... Enfin passons. Cette jeune fille lui avait même demandé de la tutoyer ! Maintenant, la question était de savoir si la nouvelle allait réussir.

< Ah au fait ! Je m'appelle Lacey Kingsle, et je me disais, vu que tu n'as cours que dans une heure, si ça te dit tu peux t'asseoir ici, et nous irons ensuite chercher ta salle toutes les deux .. Enfin si ça te dit ? >

   Liliya ne put s'empêcher d'ouvrir grand la bouche en un sourire niais. La c'était plus que gentil ! C'était une proposition amicale, signe que cette Lacay voulait faire un peu plus connaissance. Il n'en fallut pas plus pour redonner toute sa joie de vivre et sa confiance en elle à Liliya. Elle fit le tour de la table pour s'installer en face d'elle, sans se presser pour ne pas paraître trop impatiente ou impolie. Elle posa son sac à ses pieds et releva la tête en direction de la jeune femme.

< Je suis Liliya Reni Petrov et je serais enchanté de faire ta connaissance. C'est vraiment gentil de ta part d'accepter de m'aider ainsi ! >

   Elle ne se rendait même pas compte à quel point son langage était pompeux. A vrai dire, c'est comme ça qu'elle parlait en famille et elle ne connaissait que cette façon de s'exprimer en anglais. Pour autant, elle n'avait pas le ton hautain des filles de la haute, ce qui cassait à peu cette image de fille égocentrique et froide que son vocabulaire pouvait lui coller. Liliya était ce genre de fille un peu innocente qui ne se rendait pas compte de ce genre de choses. Pour elle, sa façon de parler n'avait rien de mal. Elle ne jugeait pas non plus les gens qui ne parlaient pas comme elle, temps qu'ils n'étaient pas grossier. De toute façon, pour Liliya, si elle ne jugeait pas, les autres n'allaient pas la juger non plus. Pauvre petite fille, un jour tu comprendras comment ce monde fonctionne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Mer 7 Jan - 16:59

Je n'ai jamais été du genre à me moquer d'une personne en difficulté. Tout au contraire, je méprisais ces personnes qui se croient au dessus de tous, juste parce qu'ils ont de l'argent. De plus, en regardant plus attentivement mon interlocutrice, je comprenais qu'elle n'était pas boursière. Comment je l'ai su ? Disons que cela se voyait plus au moins à sa façon de parler. Cependant, à sa façon d'être, on pouvait facilement en conclure, qu'elle n'était pas le genre de personne à se croire au-dessus de tous. La preuve ! Elle est perdue et vient demander de l'aide à quelqu'un. J'aurais très bien pu être une boursière, mais elle m'a tout de même parlé. Cela montre bien que les apparences ne comptent pas à ses yeux. C'est sans doute, pour cela que j'avais envie de l'aider. Autant je suis gentille envers ceux qui en ont besoin, mais si ces personnes en question, me traitent comme un chien, ils n'auront aucune compréhension de ma part. Je suis comme cela, je suis gentille mais que quand on le mérite.

< Je suis Liliya Reni Petrov et je serais enchanté de faire ta connaissance. C'est vraiment gentil de ta part d'accepter de m'aider ainsi ! >

Lilya Reni Petrov ? Quel nom étrange, mais qui lui va tellement bien. J'étais, encore une fois, sûre de moi, sur le fait qu'elle était élève non-boursière. Elle avait une façon de parler particulière. Certains auraient pu le prendre mal, et penser directement qu'elle se prenait sur la hauteur. Cependant, je savais qu'il en était tout le contraire, elle avait les moyens, et son éducation a suivi, il me semblait normal qu'elle parlait ainsi. Liliya apparaissait à mes yeux comme une jeune fille innocente et à la fois douce. Tout le contraire de certaines filles que j'ai pu apercevoir dans les couloirs. Elle se tenait devant moi, je la scrutait toujours du regard. Elle était si belle, si douce, si innocente. On aurait presque envie de lui parler, de ne pas la blesser.

" Mais non ne t'en fais pas ! Tout au contraire, ça me fais plaisir ! Pour être honnête, la solitude commençait à me peser. Ça fait toujours du bien de parler à quelqu'un. "

Il est vrai que j'aimais souvent être seule. Cependant, la solitude, plus on en abuse, plus elle en devient pesante. On a parfois, tous, envie de discuter avec quelqu'un. Pour ma part, j'ai toujours été une personne aimant le contact, les nouvelles rencontres du moment qu'elles sont bonnes. Je ne suis pas du genre solitaire, j'aime être seule par moment, comme tout le monde. Chez moi, je n'étais pas souvent seule, sauf quand je le désirais. Je passais la plupart de mon temps avec mes frères, eux qui comptent tant à mes yeux. Ma famille est ce que j'ai de plus précieux, rien ne saurait se mettre en travers d'elle et moi. Ma mère me disait toujours de privilégier le contact avec les autres. C'est cela qu'elle me disait toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Jeu 8 Jan - 21:48


< Mais non ne t'en fais pas ! Tout au contraire, ça me fais plaisir ! Pour être honnête, la solitude commençait à me peser. Ça fait toujours du bien de parler à quelqu'un. >

Liliya baissa la tête et rougit légèrement. Elle se sentait flatté. Elle n'avait souvent pas assez confiance en elle pour penser que les gens voulaient faire sa connaissance. Et puis surtout elle était du genre à rougir pour un rien et ce moment n'était qu'une preuve de plus. Beaucoup trouvait ça amusant, touchant ou mignon. Mais Liliya détestait rougir si facilement, elle trouvait que c'était un signe de faiblesse, qu'elle passait une fois de plus pour une poupée de porcelaine fragile et niaise. Bref, ça la faisait rager. Elle se mordilla l'intérieur de la lèvre, comme si cela allait changer la couleur de ses joues !

Elle avait écouté ce qu'avait dit Lacey et une question la tracassait. Si elle se sentait si seule, c'était qu'elle n'avait pas d'ami elle non plus ? Ou que tout le monde ici la fuyait ? Elle pensait surtout que les élèves n'avaient pas l'air si accueillant ici. Il y avait le clan des riches et le clan des pauvres. Enfin, ce n'était qu'une première impression. C'était la première fois qu'elle voyait ça. Elle avait toujours fréquenté des établissements privés. Elle avait grandi au milieu d'enfants comme elle. Au contraire de ce que l'on pouvait penser, personne n'y jugeait personne. Après tout, vu le prix de l'école, tous les élèves avaient forcément de gros moyen. En revanche, c'était le genre d'élève à cracher sur les enfants de l'école publique mais Lilya n'écoutait pas ce genre de discours. Pour elle qui n'avait jamais été confrontée à des personnes d'un milieu plus populaire, il fallait surtout aider les gens plutôt que leur enfoncer la tête sous l'eau. Elle avait par ailleurs toujours rêver de s'investir dans une association sans jamais en avoir eu l'occasion.

Cette Lacey n'avait pas non plus l'air de quelqu'un qui jugeait. D'ailleurs Liliya ignorait de quel milieu social elle venait. Elle se le demanda quelques secondes puis se rendit compte que cette information ne changerait rien de toute façon. Elle oublia donc ces interrogations pour lui répondre.

< Je te comprends. Je ne suis seule que depuis ce matin et je trouve ça déjà très désobligeant. J'ai l'impression que les élèves d'ici n'ont pas l'air... extrêmement accueillant. Mais peut-être que je me trompe. Après tout, tu es ici depuis plus longtemps que moi, tu dois mieux le savoir. >

Liliya s'impressionnait elle-même. Pas à un moment elle n'avait hésité avec un "vous". Elle se sentait tellement bien avec cette jeune femme. Lacey se montrait spontanée et c'était communicatif. La Bulgare réussissait à se laisser aller. Elle l'aimait déjà bien et sentait qu'elle avait trouvée en elle une bonne amie. Enfin, potentiellement. Il fallait que cela marche dans l'autre sens. Elle se tenait droite comme un I, les pieds cachés sous la table. Elle ne savait vraiment pas quoi faire de ses mains alors elle les gardait posées sur ses cuisses. Elle devait certainement ressembler à un robot, mais elle n'avait vraiment rien pour occuper ses doigts. Elle fit alors un immense sourire en signe d'énième remerciement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Sam 10 Jan - 13:06

Plus le temps passait, plus la présence de la jeune fille, me faisait un bien fou. J'aimais beaucoup cette sensation, le fait d'avoir quelqu'un à qui parler, sans avoir l'impression de déranger. Je comprenais sa situation, j'étais à l'Université d'Oslo depuis peu. Et lors de mon arrivée, j'ai eu la chance de tomber sur quelqu'un de bien. Cela aurait bien pu se passer autrement, mais les choses ont fait que non. Tout ce que je souhaitais, c'était que Liliya ressentait cela. On a tous besoin d'un repère, d'une base lorsqu'on se retrouve seul. Et puis, il fallait le dire, elle semblait si douce, si angélique, comment pouvait-on être méchant avec une fille comme ça. Pourquoi être méchant avec des personnes, qui ne le sont pas avec vous ? C'était ce genre de chose que j'avais du mal à comprendre. C'était aussi pour cela que je ne comprenais pas les personnes de ce genre. Je m'étais toujours dit de ne jamais faire aux autres, ce qu'on n'aimerait pas que l'on nous fasse. A mes yeux, cela paraissait des plus logiques après tout.

< Je te comprends. Je ne suis seule que depuis ce matin et je trouve ça déjà très désobligeant. J'ai l'impression que les élèves d'ici n'ont pas l'air... extrêmement accueillant. Mais peut-être que je me trompe. Après tout, tu es ici depuis plus longtemps que moi, tu dois mieux le savoir. >

Plus longtemps ? Quelques jours si ma mémoire était bonne. Mais, il est vrai, que ces quelques jours étaient suffisants pour que je comprenais dans quel monde nous étions tombées toutes les deux. Les gens ici, étaient différents, de ceux que l'on pouvait côtoyait dans d'autres universités. L'esprit n'était pas le même qu'ailleurs, on ressentait un certain froid entre certaines personnes, alors qu'elles ne connaissaient même pas. Ma conclusion au bout de deux jours était qu'avec cette nouvelle réforme d'ouverture à tous, les gens de classe aisée avait sûrement vu cela d'un mauvais oeil. Ils ne le souhaitaient certainement pas, habitués à être entre eux, entre riches. Moi-même qui ai beaucoup de moyens, je ne me suis jamais rabaissée à choisir mes amis à cause de leur argent. C'était une des raisons pour lesquelles j'avais choisi Oslo à ma sortie du lycée. S'il n'y avait pas eu cette nouvelle réforme, je savais pertinemment que je n'y serais pas à l'heure d'aujourd'hui. A quoi bon, rester avec des filles de la haute société, si celles-ci se montreraient désagréables avec le premier venu. Non ! Il en était hors de question, ça n'était pas dans mes principes.

" Effectivement, mais je ne suis ici que depuis quelques jours. Mais tout comme toi, je pense que l'ambiance qui règne ici, est tout à fait différente de ce qu'on aurait pu penser. J'ai l'impression que les gens, ne se fréquentent, que s'ils sont de la même classe sociale. Quelle stupidité, moi-même qui ne suis pas boursière, je ne me base en aucun cas sur les revenus des autres, pour leur parler.

Rien que d'y penser, j'étais hors de moi ! Comment pouvait-on être ainsi ? J'avais compris, néanmoins, que Liliya n'était pas de ce genre. Après tout, elle ne savait pas réellement que j'étais non-boursière avant de me parler. J'en avais donc conclu, que tout comme moi, elle ne suivait pas cette mode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Sam 10 Jan - 18:43


    Liliya avait une envie perpétuelle de sourire. Pour montrer qu'elle allait bien, parce qu'elle était heureuse de parler, de prendre le temps de faire une rencontre et d'échanger, parce qu'elle voulait se montrer ouverte à Lacey. Oui, à ce moment-là, elle avait énormément de raisons de sourire et ne s'en privait pas. C'était sincère et spontané. Ca lui faisait presque oublier les évènements de l'année passées, les jeunes garçons malpolies et les regards froids des autres élèves. D'ailleurs, c'est ce qu'elle avait voulu en arrivant ici non ? Se sortir un peu sa soeur de la tête et peut être trouver un moyen de faire disparaitre cette odeur de chair brûlée qui la hantait le soir. Elle plongea le sien dans celui de Lacey. A quoi bon se concentrer sur les mauvais moments de cette première journée ? Elle préférait continuer le dialogue avec l'autre élève. Elle l'écoutait avec un grand plaisir, elle n'était ni ennuyante ni arrogante. Totalement le genre de personne que Liliya appréciait.

< Effectivement, mais je ne suis ici que depuis quelques jours. Mais tout comme toi, je pense que l'ambiance qui règne ici, est tout à fait différente de ce qu'on aurait pu penser. J'ai l'impression que les gens, ne se fréquentent, que s'ils sont de la même classe sociale. Quelle stupidité, moi-même qui ne suis pas boursière, je ne me base en aucun cas sur les revenus des autres, pour leur parler.  >

   Liliya acquiesça de la tête. Sa première impression était donc juste. Lacey n'était pas le genre de fille à juger un livre sur sa couverture. Peut importe qu'elle soit faite de cuir ou de papier, c'est l'histoire et la rédaction qui compte. La jeune Bulgare faillit répondre d'un : oh t'es boursière !, mais ça sonnait énormément comme un "oh mais t'es pas pauvre en fait ? J'avais cru !" et ouverte d'esprit ou non, ça ne faisait jamais vraiment plaisir. Elle se ravisa. Mieux vallait trouver une autre chose à dire. Ca serait bête de se faire détester maintenant, alors que tout commençait si bien. Liliya voulait en elle une personne avec qui elle pourrait devenir amie, si elle était d'accord. Après tout, peut être qu'elle n'avait pas besoin d'amie. Enfin, elle était nouvelle, elle ne devait pas avoir trente-six mille connaissances.

< Oh, tu avais l'air tellement à l'aise ici, je pensais que tu étais arrivée en début d'année, pardonne-moi ! En tout cas je suis heureuse de tomber sur une personne qui pense comme moi. Tu es la première personne à qui je m'adresse depuis que je suis arrivée à l'Université. Ou même depuis que je suis arrivée dans ce pays ! >

   Elle eu un léger rire. Oui, elle n'avait même pas prit le temps de rencontrer ses voisins, ni qui que ce soit. Elle avait voulu commencer les cours au plus vite. Elle n'avait pas prit le temps de sonner à une porte, ou prendre le temps de discuter avec la boulangère chez qui elle passait pourtant chaque matin. Elle manquait de confiance en elle pour faire ça, pour aller vers les autres. Elle n'en avait jamais manqué, avant. Il suffisait que Ana la force à avaler une gorgée d'alcool et la pousse un peu et Liliya se retrouvait, rouge pivoine, à rigoler aux blagues d'un joli inconnu. Ou d'une inconnue, après tout elle préviligéiait les rencontres divers plutôt que la drague sans but. Le fait qu'elle s'était tournée vers une fille en était la preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Mer 14 Jan - 12:05

< Oh, tu avais l'air tellement à l'aise ici, je pensais que tu étais arrivée en début d'année, pardonne-moi ! En tout cas je suis heureuse de tomber sur une personne qui pense comme moi. Tu es la première personne à qui je m'adresse depuis que je suis arrivée à l'Université. Ou même depuis que je suis arrivée dans ce pays ! >

J'avais vite compris qu'elle n'était pas d'Oslo. Alors comme ça elle vient d'ailleurs. Malgré tout mes efforts je n'arrive pas à deviner d'où elle vient. Disons que ça ne se voit pas tant que ça physiquement parlant. Elle était fine, brune aux yeux bleus. Elle pouvait venir de n'importe. Il y a juste un petit accent qui fait qu'on devine vite qu'elle n'est pas du pays. Elle n'était pas la première personne à qui je parlais dans cette école. Mais elle n'en n'était pas moins une bonne rencontre. A vrai dire, je commençais tout juste à l'apprécier. Elle m'avait l'air d'une fille douce, gentille sympa et très Terre à Terre. Une personne avec qui je pourrais tout à fait m'entendre sur la durée. Je comprenais tout à fait son ressenti, ce n'est pas évident de débarquer dans une nouvelle école et un nouveau pays. Le dépaysement c'est ce qu'il y a de plus dur. Être étranger dans un pays et à la fois dans une école, c'est quelque chose de très dur à surmonter et à moins d'aimer la solitude, y faire face seul est la pire des choses. Plus nous discutions, plus je voyais en elle, celle que j'étais à mon arrivée, il y a quelques jours à Oslo. Une jeune étrangère, franchement nouvelle dans une école où les gens se comportent bizarrement. Une vraie tuile pour toutes personnes se trouvant dans une situation si similaire.

" Il est vrai qu'ici les choses sont très différentes ! Et puis, ça fait toujours du bien d'avoir quelqu'un avec qui communiquer. Moi aussi lorsque j'ai quitté Londres pour venir à Olso, ça n'a pas été facile. Mais, dis-moi, d'où viens-tu toi ?

Eh oui c'était plus fort que moi, j'ai toujours été un vrai moulin à parole. J'aimais beaucoup poser des questions aux gens, j'étais timide au début mais au fil du temps je me dévoilais peu à peu. Avec la jeune brune, c'était différent, car je sentais qu'entre elle et moi un bon courant passait. Aucune animosité, aucune haine, aucun jugement. Elle me semblait des plus sincères et des plus honnêtes. Il était dur pour moi de l'imaginer manipuler ou manquer de respect aux gens. Rien qu'à sa façon d'être, on voyait qu'elle n'était pas du genre à chercher des problèmes ou à en créer aux autres. C'était avec ce genre de personne que je voulais tisser des liens, non pas avec ceux qui ne font que semer la zizanie. Je n'ai jamais été du genre commère ou profiteuse. Et je ne souhaite pas avoir des personnes comme cela dans mon entourage. Je souhaitais surtout des amitiés sincères, car au final, loin de ma famille, je n'avais besoin que de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Mer 14 Jan - 23:38


   A aucun moment Liliya ne c'était demandé si Lacey était d'ici. Elle avait un anglais parfait, trop parfait pour être d'ailleurs, mais la jeune Bulgare n'était pas vraiment douée pour cela. Très souvent elle avait rencontré des étrangers. Son père travaillait avec des investisseurs de toutes l’Europe. Chez certains, cela aurait pu avoir l'effet de les rendre plus attentif aux accents, mais c'était le contraire pour Liliya. Elle avait laissé tombée. Elle avait appris l'Anglais comme ça. Ses parents étaient si fières d'elles ! Dès qu'ils pouvaient, ils présentaient leurs jumelles lors de soirée avec leur partenaires commerciaux. Lylia principalement, puisqu'elle était toujours magnifique dans ses robes de circonstance. Elle savait écouter, rire aux blagues même nulles et s’intéresser à tous les sujets. Bien qu'elle était jeune, elle se mêlait souvent aux repas des adultes. Les conversations en anglais allaient de bon train chez les Petrov ! Elle cessa de tomber dans ses souvenirs pour écouter la jeune fille.

< Il est vrai qu'ici les choses sont très différentes ! Et puis, ça fait toujours du bien d'avoir quelqu'un avec qui communiquer. Moi aussi lorsque j'ai quitté Londres pour venir à Olso, ça n'a pas été facile. Mais, dis-moi, d'où viens-tu toi ?>

   Londres ? Oui, c'était logique en faite ! Liliya n'avait jamais été à Londres. Elle avait voyager avec sa mère, ou même avec son école, mais l'Angleterre, jamais. Le pays la tentait, forcément. Tous les pays la tentait, elle ferait 6 fois le tour du globe si elle le pouvait ! Elle tenta donc de cacher son surplus d'enthousiasme en répondant.

<Oh ! Londres ? Ça doit être génial. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller. J'aurais dû me douter que tu étais anglaise, vu ton nom. Je suis parfois un peu lente excuse moi. Je viens de Sofia. Ce n'est pas si loin finalement. Oh, c'est en Bulgarie. Je ne sais pas trop si les anglais sont doués en géographie de l'est.>

   Elle pouffa encore, doucement, dissimulant sa bouche avec sa main droite. Pour elle, c'était évident qu'ils n'y connaissaient rien en capitale des pays socialistes. Qui avait envie d'apprendre tout ça ? Ce n'était pas des pays touristiques, ni même des pays ayant un fort impact sur le monde. Elle finit de rire et fixa la jeune fille en face d'elle. Elle était originale. Elle n'avait pas le souvenir d'avoir déjà rencontrée une personne pareille. Elle espérait que ses prochaines rencontres ressembleraient toutes à celle-ci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 21/11/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 19 ans
Travail/Etudes: Informatique
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Sam 24 Jan - 22:55

"Il est vrai qu'ici les choses sont très différentes ! Et puis, ça fait toujours du bien d'avoir quelqu'un avec qui communiquer. Moi aussi lorsque j'ai quitté Londres pour venir à Olso, ça n'a pas été facile. Mais, dis-moi, d'où viens-tu toi ?"

Rien de plus vrai que cela! Ici les gens se comportaient bizarrement, ils semblaient tous se juger constamment. Parfois je ne voulais pas sortir dans la rue, car j'avais l'impression que dès que je le faisait, on me scrutait de loin pour déterminer ma classe sociale. Le plus drôle dans tout ça, c'est qu'à force j'ai vite compris certaines réactions. Quand quelqu'un de la même classe que moi me voyait, elle me souriait, à l'inverse de ceux qui n'étaient pas de la même classe que moi, et qui me regardait d'un air hautain. Je ne leur en voulait pas, ils devaient sûrement penser que j'étais l'une de ses gosses de riches qui se moquent éperdument des autres. A Londres, tout était différent, tu pouvais facilement marcher sans forcément sentir un lourd regard pesé sur toi. Que c'était dur ici à Oslo de sortir, même un instant au supermarché.

<Oh ! Londres ? Ça doit être génial. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller. J'aurais dû me douter que tu étais anglaise, vu ton nom. Je suis parfois un peu lente excuse moi. Je viens de Sofia. Ce n'est pas si loin finalement. Oh, c'est en Bulgarie. Je ne sais pas trop si les anglais sont doués en géographie de l'est.>

Il est vrai que Londres est une ville à visiter. On entend beaucoup parler à la télé, mais il ne suffit pas de voir les images, il faut y venir. La façon de penser des gens, c'est déjà cela qui différencie Londres d'Oslo. Même si je ne pense pas que tout le monde juge à Oslo, mais disons qu'à l'université c'est le cas. Bulgarie ? Bah dit donc, je n'aurai pas deviner de suite. Il est vrai que je n'étais pas douée en géographie tout court... Alala! Plus j'y repensais, plus je rigolais car je n'étais même pas foutue de situer ce pays sur une carte. Et je ne sais pas si j'étais la confirmation du fait que les anglais ne sont pas doués en géographie. Disons que j'en étais pas loin. La Bulgarie ? J'avais beau me triturer l'esprit, je n'arrivais pas à le situer sur une carte, je ne voyais même pas où c'était. Disons que je ne connaissais que les grandes villes et les grands pays. La base quoi !

" En tout cas, moi je ne suis pas douée en géographie tout court. La Bulgarie ? Tu vas rire, mais je n'arrive même pas à voir où ça se situe sur une carte. Honte à moi !

Je riais avec les joues qui commençaient à rougir de honte. J'avais honte, certes, mais je me disais qu'après tout on ne peut pas être bon partout. Si je suis en informatique ce n'est pas pour rien. Je me suis dirigée vers cette branche, car je savais que c'était la seule filière qui pourrait me convenir, moi qui aime tant cela. Qu'est-ce qu'elle allait penser de moi ? J'étais déjà toute rose de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 27
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 20

Qui suis-je ?
Age : 18
Travail/Etudes: Droit du commerce
Mes Liens:

MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   Lun 26 Jan - 22:11


   Elle n'avait pas dit ça pour humilier la jeune fille ou les autres membres de son pays. Elle prit peur, quelques cours instants, que Lacey l'ait interprété ainsi. Mais ça ne semblait pas être le cas. Au contraire, elle lui répondit de façon naturelle. Se sentant plutôt gênée de parler de son ignorance.

En tout cas, moi je ne suis pas douée en géographie tout court. La Bulgarie ? Tu vas rire, mais je n'arrive même pas à voir où ça se situe sur une carte. Honte à moi !

   Liliya rigola discrètement, cachant sa bouche de sa main, par pudeur. Ce n'était pas tant la gêne de Lacey que son ignorance. Elle aurait dû savoir que non seulement elle n'allait pas savoir de quel pays Sofia était la capitale, mais qu'elle allait également ignorer où se situait se pays. Liliya ne lui en voulait pas, elle ne se sentait pas offensée. Après tout, son pays à elle devait être a 3 ou 4h d'avion et l'Est était composé de nombreux pays, contrairement à l'Ouest qui était séparé par 5 gros pays imposants. Et puis les médias internationaux se focalisaient sur les pays plus célèbre que la Bulgarie. Même lors des grandes manifestations, l'année de la mort de sa sœur, peu de journaux avaient relayé l’info.

La Bulgarie c'est entre la Turquie, la Grèce et la Roumanie, tout simplement. C'est au sud d'ici, contre la mer noire. Et Sofia, c'est à l'ouest du pays... Oups, désolé, je m’égards un peu là.

   Elle avait peur de l'avoir assommé avec ses explications longues et inintéressante. Tout le monde se moquait de la localisation de la capitale d'un pays comme le sien. Liliya trouvait ça injuste. Pourquoi les attentats du métro espagnol avait fait plus de fois la une que les manifestants qui se faisait brûler dans la rue. Pourtant elle ne voyait pas en quoi l'un était plus affreux que l'autre. Peu importe la nationalité, une vie humaine était une vie humaine. Et peu importe son niveau de vie. On y revenait encore et toujours. L'argent modifiait réellement autant les gens ? En tout cas, les deux jeunes filles semblaient immunisées. Pourtant elles ne se comportaient pas de la même façon. Liliya avait le comportement type de la jeune fille de riche millionnaire. Jolis vêtements, toujours impeccable, dos bien droit et très bon port de tête. Dans la rue, elle passait forcément pour une peste. Pourtant elle ne se caractérisait pas de la sorte. Elle n'était pas une garce, n'est-ce pas ? Parfois elle avait peur. Peur d'elle-même et pourtant c'était faux. Bien sur qu'elle était gentille. Tout comme cette Lacey. Cette fille qui lui donnait de son temps juste parce qu'elle était nouvelle et qu'elle avait besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps d'une lecture [PV : Liliya R. Petrov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lecture d'un lien en temps qu'invité
» Lecture video interrompue avec mise en tampon
» [Résolu] Lecture pièces jointes avec OE6
» temps de chargement d'un swf sur l'appel d'un bouton ?
» récupérer l'info " lecture terminée" avec le plugin VLC ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Université :: Bâtiments de cours :: Bibliothèque universitaire-